Pensée de la semaine – Je n’ai pas honte de mon Sauveur

18 décembre 2017

Je n’ai pas honte de mon Sauveur

« Je n’ai point honte de l’Évangile : c’est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec »

Romains 1/16

On dit de Frédéric le Grand, roi de Prusse au 18ème siècle, qu’il ne parlait jamais de Dieu sans blasphémer. Un jour le jeune prince Charles de Hesse, présent à sa table, en entendant de tels propos, baisse les yeux, attristé. Le roi le remarque et l’interpelle :

« Dites-moi, Prince, croyez-vous en ces choses ?

  • Majesté, lui répond-il, autant je suis sûr d’avoir l’honneur de parler au Roi de Prusse, autant je suis sûr que Jésus-Christ est mort sur la croix pour me sauver.
  • Eh bien ! réplique le roi, vous êtes le premier homme que je rencontre, ayant une telle illusion.
  • Sire, lui rétorque fermement le prince, même si j’étais le dernier, je mourrais heureux dans cette foi inébranlable. »

Après le repas, le prince sent une main se poser sur son épaule. Il se retourne et reconnaît un vieux général de l’armée du Roi qui lui dit :

« Dieu soit béni ! J’ai vécu assez longtemps pour voir un homme de cœur confesser Jésus-Christ en présence du Roi ! »

Jésus déclare : « Quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux ; mais quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 10/32-33).

Confesser Jésus-Christ signifie le reconnaître sans honte, comme le Seigneur de notre vie devant les autres, même devant ceux qui s’opposent à l’Évangile.

Paul n’avait pas honte de l’Évangile ; bien au contraire, c’est sans crainte qu’il l’annonçait, car il savait que cette Bonne Nouvelle est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit ; tout d’abord pour ceux de notre maison, puis ceux de l’extérieur. La honte nous conduit au silence, à la solitude et à la peur, alors que la fierté d’être sauvé doit nous pousser à annoncer l’Évangile tout autour de nous.

Quel privilège d’être ambassadeur du Roi des rois : ” Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu ! ” (2 Cor. 5/20) !

 

Pasteur Jean-Jacques Leprince


Partager sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire